Epilation laser à Toulouse - epilation définitive et sans douleur

L'épilation définitive laser à Toulouse

esthetique vulvaire

TRAITEMENT D’ATTAQUE

|

6 à 8 séances d’épilation laser
à 30/40 jours d’intervalle

injection vulvaire desirial plus

TRAITEMENT D’ENTRETIEN

|

1 séance d’épilation laser
Tous les 6 mois

rejuvenation vulvaire

EFFETS VISIBLES

|

Progressivement dès la
première séance, cumulatifs

Les poils repoussent inlassablement tous les mois et il faut sans cesse épiler, raser, comme si le mois précédent rien ne s’était passé. Cette lutte contre le poil consomme votre temps et votre argent depuis des années.

Les épilation et arrachages divers à la cire, au caramel ou bien à l’épilateur électrique et mécanique laissent des marques. Les poils repoussent sous la peau et vous vous retrouvez couverts de boutons, irritations et poils incarnés entre deux épilations successives.

L’épilation laser donne un résultat quasi définitif et surtout sans les douleurs ni les effets secondaires de l’arrachage brutal du poil. Cette technique très rapide, élimine les poils noirs ou foncés sur tous les types de peaux (blanche, mate ou noire). Elle peut être pratiquée presque en toutes saisons et pratiquement sur toutes les parties du corps sauf les sourcils et le visage chez la femme.

 

L’épilation laser permet de réaliser une épilation pratiquement permanente chez l’homme, la femme ou même l’adolescent, dès lors que la pilosité devient un problème important et mal vécu.

Ce mode d’épilation peut être réalisé après tout mode d’épilation ou de rasage :

INDICATIONS

L’épilation Laser à l’aide du Lightsheer Désire° est indiquée pour l’élimination des poils indésirables, chez les adultes hommes et femmes, ou chez l’adolescent avec le consentement parental.

Ce mode d’épilation peut faire suite à n’importe quel mode d’épilation ou rasage :

lumière pulsée intense à Toulouse : les résultats permanents

LA TECHNIQUE EN DÉTAIL

Le laser

La lumière d’un laser est un faisceau puissant, concentré, contenant beaucoup plus d’énergie qu’un faisceau lumineux d’un halogène ou d’une ampoule à incandescence. Chaque laser produit un échauffement plus ou moins violent lorsqu’il rencontre une cible particulièrement réceptive à sa longueur d’onde.

Pour le laser diode 805 nm (tel que le LIGHSHEER DESIRE) une des cibles est la mélanine.

 

La cible laser

La cible primaire du laser est la mélanine contenue dans la tige pilaire. C’est le chromophore ciblé par les lasers dépilatoires type alexandrite, diode et LPI

La tige pilaire est la zone la plus riche en mélanine. Les mélanocytes du bulbe sont responsables de la pigmentation de la tige pilaire par la mélanine et sa production est maximum en milieu et fin de phase anagène.

 

La cible biologique

La cible biologique n’est pas la tige pilaire, qui est une structure temporaire du poil.

Les éléments permanents à l’origine de la croissance du poil, ceux qu’il faut détruire pour espérer une épilation durable, ne sont pas pigmentés ou peu. Il s’agit : de la papille folliculaire et du bulge au niveau de la gaine épithéliale externe.

La chaleur produite par l’échauffement de la tige pilaire doit diffuser à ces structures pour pouvoir détruire ces cibles biologiques.

Si la chaleur est insuffisante pour les détruire, alors seule la tige pilaire est touchée et l’épilation n’est que temporaire.

 

Les cibles « parasites »

Le laser pourrait être utilisé dans toutes les conditions de façon égale si tous les cas étaient identiques avec une peau claire non bronzée et des poils foncés.

La lumière laser est « concentrée » sur deux localisations de sa cible : la mélanine.

  • la mélanine du poil
  • la mélanine épidermique

Cette compétition n’intervient que peu dans le traitement lorsque les poils sont noirs et épais sur peau blanche et non bronzée.

Dès lors que la peau contient des pigments de mélanine, le faisceau laser est moins sélectif et l’effet thermique n’est plus focalisé sur le poil mais sur tout élément pigmenté comme l’épiderme de la peau noire ou bronzée,ce qui peut entraîner un risque de brûlure de l’épiderme sur toute la surface traitée et non plus seulement le poil.

 

Le bon poil au bon moment

Les poils fins et peu colorés, les poils blancs ou clairs, les poils en phase catagène et télogène (dont la partie épidermique contient moins de mélanine) sont de moins bonnes cibles pour ces lasers dépilatoires puisque la cible, la mélanine, est moins visible.

Les bulbes des poils terminaux sont plus superficiels dans la peau au début de la phase anagène, ils sont plus accessibles à la destruction par laser. De plus ils se chargent en mélanine lors de cette phase anagène, c’est donc la meilleure phase pour un traitement efficace.

Si une épilation laser à lieu, alors les poils se trouvant sur la zone traitée sont précipités en phase télogène et chutent en quelques jours. Tous les poils qui poussent alors sont des poils en phase anagène, on parle de synchronisation du cycle pilaire. C’est le meilleur moment pour travailler et surtout le faire avec régularité,il faut traiter le maximum de poils en phase anagène systématiquement.

 

Des poils pas toujours visibles

Le cycle pilaire peut atteindre deux ans pour certains poils. Cela signifie que des poils potentiels restent « en sommeil » pendant deux ans et que tous les poils ne peuvent être traités sur une même séance ou même sur plusieurs séances consécutives.

EXPLICATIONS

Zones d'épilation laser

ZONES DE TRAITEMENT

Toutes les parties du corps peuvent être épilées par la laser dépilatoire Lightsheer désire°, sauf les sourcils

  • Aisselles
  • Bras
  • Maillot
  • Jambes
  • Torse
  • Moustache
  • Barbe
  • etc…

Chez la femme le visage n’est pas traité par laser pour éviter les risques de repousse paradoxale

PROTOCOLE DE TRAITEMENT

Traitement d’attaque : 6 à 8 séances d’épilation laser selon la zone à traiter sont nécessaires, à 4 à 6 semaines d’intervalle en fonction de la rapidité de repousse de vos poils

Il n’est pas possible de définir avec exactitude le nombre de séances à prévoir, car la réponse cutanée est variable selon les individus, la zone du corps, la nature de la peau, le statut hormonal et l’âge.

Traitement d’entretien : 1 à 2 séances annuelles pendant 3 ans, puis selon repousse.

Durée d’une séance : de 5 à 60 minutes selon les zones à traiter.

Tombée du poil : 15 à 21 jours

en pratique s'épiler à Toulouse

TRAITEMENTS ASSOCIÉS

L’épilation par électrolyse peut être associée pour traiter les poils blancs ou très blonds

RÉSULTATS

L’épilation laser est une technique sûre et efficace, disposant d’une autorisation de la FDA depuis 1996.

L’épilation laser est au moins temporaire au départ, avec un retard de croissance des poils de 1 à 3 mois. Cette épilation devient permanente au fil des séances d’épilation laser, par diminution significative du nombre de poils terminaux, stable pendant une période supérieure à deux cycles pilaires. Il y a diminution du nombre de poils et de leur calibre. Les poils restants seront plus épars et plus fins. En moyenne 3 séances aboutissent à l’épilation de 60 à 70% des poils de la zone traitée par laser. Il y a environ 80 à 90 % de non repousse à la fin du traitement par 8 séances.

Il n’est cependant pas possible de déterminer le nombre de séances d’épilation laser à prévoir, car la réaction cutanée est variables selon les individus, la zone du corps, la pigmentation de la peau et des poils, le statut hormonal et l’âge. Sur une peau mate ou foncée, sur des poils blonds ou très profonds, le nombre de séances d’épilation laser peut s’avérer plus plus important. Sur les jambes, le maillot et les aisselles, les 6 séances seront habituellement suffisantes pour obtenir un résultat. Pour la lèvre supérieure, 8 à 10 séances d’épilation laser  seront fréquemment nécessaires car les poils sont plus nombreux.

1 à 2 séances annuelles pendant 3 ans peuvent être utiles pour traiter les poils nouveaux qui peuvent apparaitre, ou ceux qui auraient échappé aux séances initiales et arriver à un résultat quasi définitif.

L’épilation laser est complètement inefficace sur les poils blancs, gris ou très clair

 

Certaines femmes présentant des troubles hormonaux, par exemple un syndrome des ovaires polykystiques, ou traitées par des médicaments à effet androgénique, devront effectuer plus de séances d’épilation laser, les poils étant plus résistants et plus nombreux. Si vous êtes dans ce cas, il est recommandé de démarrer par une zone limitée pour évaluer les résultats au bout de deux à trois séances.

Selon les études  5 à 10 % des poils sont difficiles à traiter sans qu’une anomalie hormonale ne puisse être mise en évidence, le nombre de séances d’épilation nécessaire devra être plus important que la normale dans ces cas. Les poils parfois d’implantation profonde sont moins sensibles au laser.  Un traitement d’entretien est nécessaire dans ces cas pour traiter les nouveaux poils qui peuvent apparaître, ou ceux qui auraient échappé aux séances initiales.

La transformation de duvet en poils terminaux est normale jusqu’à 25 ans chez les femmes, et jusqu’à 50 ans chez certains hommes. Cette transformation des poils est également normale lors de certaines périodes : grossesse, ménopause, augmentation de poids, prise de certains traitements … Cette transformation des poils peut obliger à effectuer des séances d’entretien, mais ne traduit pas un manque d’efficacité de l’épilation laser. Cette repousse n’est pas une remise à zéro, comme avant le début de l’épilation laser, il ne s’agit que de quelques poils et non de la totalité de la pilosité initiale.

EN PRATIQUE

  • Une consultation médicale est réalisée avant la séance d’épilation laser, elle permettra en outre de déterminer la nature de votre peau et de vos poils pour paramétrer au mieux le laser pour votre épilation.
  • Un examen clinique et un interrogatoire précis sont nécessaires afin de prévenir les effets secondaires ou non désirés suite à l’épilation laser.
  • Un marquage de la peau à l’aide d’un crayon adapté peut favoriser le repérage des zones à épiler.
  • La pièce à main du laser est appliquée sur la peau zone après zone afin d’en épiler la surface.
  • Chaque zone est traitée de façon progressive, en un seul passage.
  • Selon la pièce à main utilisée pour l’épilation, un système de refroidissement intégré ou l’aspiration de la peau diminuent la sensation de chaleur accumulée dans les tissus et accroissent l’efficacité d’épilation du laser.
  • La chute des poils survient environ 15 à 21 jours après l’épilation laser. Il ne s’agit pas d’une repousse mais de la sortie normale du poil et de sa chute.
  • Des précautions sont à prendre avant et après l’épilation laser concernant l’exposition solaire.

RECOMMANDATIONS AUTOUR DE L’ACTE

Avant l’épilation laser :

  • Ne jamais arracher les poils à la cire ou pince ou tout autre moyen, JAMAIS
  • Ne pas décolorer les poils (enlève la cible du laser : la mélanine)
  • Raser les poils 1 à 3 jours maximum avant la séance car plus le poil est court et moins l’effet thermique du laser est important en surface, donc moins il y a de risque de brulure. L’énergie du laser peu quand même pénétrer dans le derme le long de la tige pilaire et être efficace sur le poil. Plus le poil est court et plus l’énergie délivrée pénètre dans le derme.
  • Eviter si possible le rasage juste avant la séance pour réduire l’irritation au moment de l’épilation laser
  • Eviter l’exposition solaire pendant 15 à 30 jours. Cela signifie faire attention au soleil même pour la vie courante : aller faire des courses, courir ou marcher en extérieur, prendre la voiture avec des parties du corps dénudées, travailler en extérieur…. Ne pas bronzer car il faut attendre le débronzage avant d’effectuer une épilation laser.
  • Une protection solaire écran SPF50+ pendant 1 mois avant est recommandée sur les zones à épiler, elle devra être renouvelée toutes les 2 heures si la zone est exposée.
  • Eviter les traumatismes de la zone traitée, griffures, écorchures, surtout immédiatement avant l’acte d’épilation laser.
  • Venir peau démaquillée et parfaitement nettoyée
  • Préciser au praticien tout évènement survenu dans les jours précédents pouvant modifier son choix de traitement et non recueilli dans le consentement initial à l’épilation laser.

Pendant l’épilation laser :

  • Une protection oculaire est nécessaire pour le patient et le praticien.
  • Un marquage au crayon blanc peut être effectué, surtout pour les grandes zones à épiler
  • Selon la couleur de la peau et du poil, et selon la densité des poils le laser sera paramétré différemment
  • Erythème et œdème péri-pilaire sont d’apparition normale pendant la séance, de même qu’une douleur de type coup d’aiguille ou coup d’élastique. Si la douleur est très importante, il convient de prévenir le praticien qui pourra ainsi vérifie que rien n’est anormal.

Après l’épilation laser :

  • Entre deux séances respecter les mêmes recommandations qu’avant la séance d’épilation laser concernant la décoloration, l’arrachage ou l’épilation des poils, l’éviction et la protection solaire.
  • Après la séance l’application de crème apaisante est rarement nécessaire avec le laser utilisé (Lightsheer Désire°)
  • Eviter de couvrir par du maquillage si des croûtes ou vésicules se sont formées
  • La chute du poil intervient en quelques jours (15 à 21 jours). Les poils semblent continuer à pousser, en fait ils tombent naturellement.

Tout manquement au protocole déterminé par le médecin aura une influence sur le traitement et ses résultats.

EFFETS SECONDAIRES

Effets secondaires prévisibles, nécessitant un traitement symptomatique simple ou aucun traitement :

    Douleur

La douleur est en général suffisamment faible pour ne nécessiter aucun traitement.
Le médecin pourra être amené à réduire la puissance du laser dépilatoire si la douleur n’est pas bien tolérée.
Lorsque la densité des poils est importante (pubis, barbe, torse d’homme) la puissance du laser sera diminuée pour les premières épilations pour réduire le risque de brûlure et les douleurs.
Une application de froid sur les zones à traiter par épilation laser peut remplacer la crème dans certaines situations.

    Érythème et œdème péri-folliculaire ou péri-pilaire

Ces deux éléments, érythème et œdème péri-foliculaire sont des signes d’efficacité du traitement laser pour une épilation. Ils peuvent être plus importants au niveau de la lèvre supérieure par exemple et certaines autres zones.
Ils persistent 1 à 3 heures en général, et jusqu’à 24h si les poils de la zone épilée étaient très gros, 48h maximum.
Un corticoïde léger peut être utilisé localement pour les réduire, une crème apaisante suffit le plus souvent et peut être appliquée en fin de séance.

    Prurit

La peau peut démanger de façon intense après une épilation laser sans qu’il y ait de dommage particulier. Le traitement est symptomatique avec des anti-histaminiques par exemple. Parlez-en à votre praticien.

    Urticaire

Une éruption cutanée urticarienne est possible, comme des piqûres de moustiques, réparties sur la peau dans la zone traitée par épilation laser. Un traitement symptomatique suffit.

    Ejection du poil la semaine après l’épilation

Ce n’est pas une repousse immédiate, ce sont les poils traités qui « tombent » plus rapidement que la norme après l’épilation au laser diode.

    Douleur dentaire

Lors d’un traitement de la lèvre supérieure par laser d’épilation peuvent survenir des douleurs dentaires. Il n’y a pas de danger pour l’émail. Mettre un protège dent ou une compresse mouillée entre les dents et la lèvre peut réduire ces douleurs.

 

 

Effets secondaires nécessitant une consultation anticipée pour avis et prise en charge

    Lésion oculaire

L’utilisation d’un laser est délicate autour des yeux. Le faisceau laser du Lightsheer Désire ne se voit pas, mais il n’en est pas moins dangereux pour les yeux. Il convient donc de ne pas traiter les sourcils en dehors de la zone strictement inter-sourcilière. Les autres zones, sous la ligne du sourcil notamment seront préférentiellement traitées par épilation électrique.
Les lésions oculaires touchent la rétine et l’iris, de type cataracte ou atrophie de l’iris.
La protection oculaire est obligatoire pendant le traitement.

    Brûlures – bulle (phlyctènes)

Des brûlures cutanées peuvent survenir lors de l’utilisation d’un laser dépilatoire.
Celles-ci concernent le plus souvent les peaux de phototypes foncés, les peaux bronzées ou exposées récemment au soleil ou UVs, même sans bronzage apparent.
La brûlure survient après la douleur. La perception d’une douleur importante pendant la séance d’épilation laser doit être signalée au praticien qui pourra ainsi évaluer la nécessité ou non de diminuer la puissance du laser dépilatoire.
La brûlure peut également résulter de l’application de froid trop intense ou trop longtemps pendant l’épilation laser.
Ces brûlures peuvent entraîner une hypo ou hyperpigmentation voire une dépigmentation complète mais souvent réversible, et plus rarement des cicatrices.

    Croûtes

Des petites croûtes peuvent apparaître secondairement à des brûlures. Elles sont régressives en moins d’une semaine mais ne doivent pas être exposées au soleil ni retirées par grattage (car elles ont tendance à provoquer des tâches dans ces conditions)

    Éruption herpétique

Une éruption d’herpès (bouton de fièvre) est possible après un traitement d’épilation par laser, surtout s’il existe des antécédents.
Un traitement préventif n’est pas obligatoire. Le traitement peut être mis en place dès l’apparition de l’herpès, qui n’est pas systématique lors de l’épilation laser.

    Surinfection 

Rare effet secondaire, un antibiotique peut être nécessaire en cas de surinfection, de folliculite post-laser par exemple. Elle survient sur le visage surtout, après une épilation laser.

    Thrombose superficielle

Peut survenir après une épilation dans la région sous mentale avec un laser de pénétration profonde comme un laser Nd Yag ou diode

    Allergie au froid ou urticaire au froid

    Allergie aux produits utilisés

Avant, pendant ou pendant l’épilation laser

    Vascularite urticarienne

Des cas de vascularite urticarienne transitoire après laser Alexandrite surtout mais aussi Laser diode ou LPI ont été rapportés. Leur mécanisme demeure inconnu.

    Livédo réticulé

Cet effet secondaire se rencontre souvent pour une épilation laser de membre inférieur.
Il s’agit d’une vasodilatation du réseau veineux ou capillaire à la suite d’une diminution de la vascularisation artériolaire.
La physiopathologie est incertaine mais probablement autoimmune. Des corticoïdes et antihistaminiques peuvent être prescrits. Les traitements par épilation laser sont contre-indiqués par la suite au niveau des membres inférieurs.

    Erytheme ab igné

Il s’agit d’une éruption cutanée pigmentée et érythémateuse, réticulée, persistante, résultant d’une exposition répétée ou prolongée à une chaleur modérément intense ou rayonnement infrarouge. L’arrêt des traitements en cours est la règle.

    Aggravation d’un vitiligo (par effet koebner)

Aggravation d’une dermatose ou photodermatose, lichen (par effet koebner)

    Dermatite de contact ou irritative

Activation d’une cicatrice chéloïde ou hypertrophique

 

 

Effets secondaires qui peuvent attendre une consultation programmée, non urgente

    Exacerbation temporaire de la pousse des poils

Les poils poussent plus vite après l’épilation laser mais il ne s’agit pas d’une repousse paradoxale. Le phénomène s’arrête avec la répétition des séances d’épilation.

    Cicatrices atrophiques

Elles surviennent après d’importantes brûlures et régressent généralement en 120 jours.
Se voit avec des laser rubis

    Détatouage

Les tatouages bleu ou noir peuvent changer de couleur ou s’effacer partiellement après un traitement laser même pour une épilation. Les maquillages permanents peuvent aussi virer. Il convient donc d’éviter de traiter par laser d’épilation ces zone tatouées.

    Disparition de lentigines

La disparition des lentigines (tâches sur la peau liées au soleil) au décours d’une épilation laser survient lorsque la différence entre le pigment du poil et le pigment des taches n’est pas suffisante pour que le traitement laser ne soit actif que sur le poil, avec un laser dépilatoire alexandrite ou rubis par exemple.

    Troubles pigmentaires

Hypo ou hyperpigmentations peuvent survenir après épilation laser, surtout s’il y a eu brûlure cutanée, sur peau foncée ou ayant pris le soleil récemment (même peu !). Ces effets secondaires sont normalement régressifs en quelques semaines à quelques mois (18 mois)

            – Hypopigmentations

Elles surviennent sur peau bronzées et sur les membres inférieurs surtout.
Après une épilation laser la couleur de la peau devient plus claire par endroits, le traitement est l’exposition au soleil, elle permettra de «re-bronzer» et recolorer ces zones.
Rarement définitives, elles sont le plus souvent transitoire et régressives en moins de 6 mois.

           – Hyperpigmentation

Le traitement laser entraine un échauffement de la peau, une « brûlure » contrôlée produisant cependant une certaine inflammation. Cette inflammation stimule la synthèse de mélanine par les mélanocytes de l’épiderme. Si cette synthèse de mélanine est déjà stimulée par un bronzage récent ou des facteurs externes similaires, alors la pigmentation peut s’emballer et des taches apparaissent sur les zones traitées.
Le risque d’hyperpigmentation augmente avec le phototype, sur peau déjà bronzée, et en cas de trop forte réceptivité ou de photosensibilisation par un médicament par exemple.

Ces hyperpigmentations peuvent être réversibles ou irréversibles. Elles régressent généralement dans les 6 mois, parfois plus. L’application de crèmes dépigmentantes peut être justifiée.
Il existe des zones prédisposées comme le visage, sur un phototype foncé ou certaines zones hyperpigmentées de façon physiologique, ce sont les grandes lèvres et la face interne des cuisses.
Si une hyperpigmentation est survenue il faut évidemment attendre le temps nécessaire avant de réutiliser un laser pour une nouvelle épilation.

    Sècheresse cutanée

Pendant quelques jours ou plus une sècheresse de la peau n’est pas rare. Elle est liée à un effet du laser sur les glandes sébacées, elles sont altérées comme le poil et donc peuvent devenir moins nombreuses. Il y a réduction de la production de sébum par les glandes sébacées, la peau devient plus sèche.

    Hyperpilosité paradoxale (Induction de croissance des poils)

Il s’agit de la transformation de poils fins duveteux en poils sombres terminaux au bord d’une zone traitée par laser. Il y a induction et stimulation de la croissance de poils dans une zone où ils n’existaient pas. Le phénomène se produit avec une fréquence de 0.9 à 4.5%, en général après plus de 3 séances et plutôt sur des phototypes III et IV. Le délai d’apparition est variable, 7 mois environ.
Les zones prédisposées à une stimulation paradoxale sont les poils longs et duvets du visage surtout, favoris, joues, cadre orbitaire, front, cou, angle mandibulaire. Au niveau du dos surtout chez l’homme, au niveau du sternum, des aréoles, des seins, de la ligne blanche, des flancs et au niveau du 1/3 supérieur des bras.
Principaux facteurs favorisants :
• troubles hormonaux (pas obligatoirement présents )
• syndrome des ovaires polykystiques
• prise de certains médicaments comme le Finasteride et les corticoïdes
• le laser utilisé : les lasers Alexandrite provoqueraient un risque plus important. Mécanisme incunnu mais hypothèse de fluences trop basses
• tous les phototypes peuvent être touchés mais surtout les phototypes III et IV d’origine méditerranéenne.
origine ethnique : bassin méditerranéen, asie du sud, moyen orient

    Hyperhidrose et bromidrose axillaire

Les aisselles transpirent (hyperhidrose) beaucoup plus qu’avant l’épilation laser et présentent une odeur forte (bromidrose)
Ce sont des effets secondaires peu fréquents de l’épilation laser (11% pour l’hyperhidrose et 4% pour la bromidrose)

    Blanchiment des poils (leucotrichie)

Un blanchiment des poils à la suite d’une épilation laser peut survenir. Il peut être temporaire, ou même permanent. Il est souvent lié à une épilation LPI
Ce phénomène serait lié à une sensibilité plus élevée des mélanocytes du follicule à une chaleur insuffisante pour détruire les cellules germinatives environnantes et épiler le poil.
Cette leucotrichie provisoire ou permanente a été rapportée avec une fréquence de 3,5% après traitement par lumière intense pulsée (IPL) et 2% après traitement par laser Alexandrite ou diode. La recoloration chez le sujet jeune survient de façon inconstante, au bout de 1 à 4 mois en général
Chez les sujets plus âgés, la leucotrichie est souvent définitive (à distinguer de la présence de poils blancs avant la première séance)

 

Effets secondaires non retrouvés

Il n’y a pas de lésion de l’émail dentaire en cas de traitement par laser dépilatoire près des dents, sur la lèvre supérieure par exemple (d’après l’étude de Magis)

CONTRE-INDICATIONS

  • Grossesse
  • Allaitement

Antécédents généraux

  • Maladies systémiques : lupus érythémateux disséminé, dermatomyosite, sclérodermie
  • Troubles de la sensibilité, syringomyélie
  • Stimulateur cardiaque, pacemaker, défibrillateur ou autre dispositif électronique implanté
  • Épilepsie
  • Cancer local récent ou actuel

Antécédents infectieux

  • Fièvre le jour de la séance ou les jours précédents

Antécédents cutanés

  • Infection cutanée dans la zone à traiter
  • Lésion cutanée active (eczéma, dermatite, psoriasis) dans la zone à traiter
  • Plaie ou brûlure dans la zone à traiter
  • Dermatoses induites par le soleil, lucite estivale bénigne, urticaire solaire
  • Cicatrices chéloïdes ou hypertrophiques
  • Exposition solaire ou UV importante récente
  • Poils blancs (inefficace)
  • Peau irradiée, antécédents de radiothérapie locale
  • Cancer cutané récent ou actuel

Antécédents esthétiques

  • Troubles de la pigmentation après un traitement laser ou à la lumière pulsée intense
  • Tatouage ou maquillage permanent sur la zone à traiter (à éviter ou travailler à 2cm)
  • Séance de thérapie au laser visant à modifier la structure de la peau, laser ablatif (éviter le traitement pendant 3 à 6 mois)
  • Peeling ou exfoliations physiques dans la zone à traiter (éviter tout traitement pendant deux semaines après l’exfoliation)

Classification de Fitzpatrick

Cette classification du type de peau est fondamentale pour effectuer le choix des paramètres et réglages du laser :

PHOTOTYPE0123456
Mes cheveux sontblancsblonds ou rouxblonds ou châtain clairblonds à châtain foncéchâtains à brunsbrunsnoirs
Ma peau estlaiteuse très claireclaireclaire à matematebrunenoire
J’ai des taches de rousseurnonnombreusesau soleilraresnonnonnon
Je prends des coups de soleiltoujourstoujoursfacilementparfoisrareexceptionnelexceptionnel
Je prends des coups de soleil après 3 semainesouiouifréquentrareexceptionneljamaisjamais
Je bronzejamaisjamaisavec difficultésprogressivementtoujours bienintensémentintensément
Mes yeux sont clairsclairsclairclairsfoncésfoncésfoncés

ALTERNATIVES THÉRAPEUTIQUES

Laser nd Yag ou alexandrite : Ces lasers sont indiqués dans l’épilation laser au même titre que le Laser diode utilisé. Ils sont tout aussi efficaces. Leurs indications dépendent de la couleur de peau et de poil.

L’épilation par thermolyse électrique ou électrolyse : plus long en temps, elle permet cependant d’épiler tous les types de poils, y compris les fins, blancs ou clairs.

Les autres types d’épilation, à la pince, à la cire, ou électrique par arrachage, ne sont pas durables car il n’y a pas de destruction du système de régénération du poil, ils n’ont pas la même efficacité dans le temps.

AVANTAGES

  • Rapide
  • Peu ou pas douloureux
  • Peu de contre-indications
  • Peu d’effets secondaires
  • En toutes saisons (si pas d’exposition solaire)
épilation semi definitive toulouse

EN RÉSUMÉ

injection desirial

TRAITEMENT D’ATTAQUE

6 à 8 séances d’épilation laser
à 30/40 jours d’intervalle

rejuvenation vulvaire

TRAITEMENT D’ENTRETIEN

1 séance  d’épilation laser
Tous les 6 mois

injection point G

EFFETS VISIBLES

Progressivement dès la
première séance d’épilation laser, cumulatifs

  • injection desirial point g
    Durée de la séance : 5 à 90 min
  • injections vulvaires
    Peu douloureux 
  • rejuvenation vulvaire
    Sans aiguille
  • desirial plus traitement
    Non invasif
  • resultat injection desirial
    Tous phototypes
  • injection vuvlaire desirial
    En toutes saisons
  • desirial contre indications
    Des contre-indications
  • desirial vulvaire
    Des d’effets secondaires
  • indications et desirial
    Eviction solaire et protection
  • desirial et confort vaginal
    Peu d’éviction sociale
  • administration desirial plus
    Des précautions particulières
L’épilation laser à Toulouse en détail
5 (100%) 1 vote[s]